Riesling grand cru – Alsace 2008

Riesling grand cru – Alsace 2008

riesling-alsace

Belle dégustation ce soir consacrée aux Riesling sur le grand millésime 2008. La région d’Alsace révèle une multiplicité de terroirs… Imaginez que ce soir, il n’y a pas moins de 80 kms qui séparent le Riesling le plus septentrional du Riesling le plus méridonal. Tous les vins sont dégustés à l’aveugle et non carafés; autant le dire tout de suite, les avis ont été très partagés. la diversité de terroirs alliée à la sensibilité et l’expérience de chacun des dégustateurs présents ont  donné des résultats peu lisibles. Du vin tendre au vin puissant en passant par le vin tendu comme un string, cette dégustation s’est avérée très enrichissante. Pour ma part, je pense que 90% de ces vins ne sont pas prêts à boire et que j’ai assisté ce soir à un véritable génocide…

Dans l’ordre:

1 – ANDRE KIENTZLER, GEISBERG 2008, terroir Marno Calcaro Gréseux
exposition Sud – 28.00 €
Le Geisberg occupe seulement 8,53 hectares de surface… Très pentu, ce cru se compose de petites terrasses exposées au sud et situées entre 250 et 350 mètres d’altitude. Le sol à dominante calcaro-gréseux est complété par une petite touche de marne.
> Nez profond,expressif, intense, fruits bien mûrs, notes de réglisse, d’hydrocarbure. Vin opulent doté d’une acidité « exemplaire » ! Vif et nerveux, tendu, tranché, ce vin est d’une élégance rare: ciselé, en dentelle, pur, cristallin, voila ce qui m’est venu à l’esprit en dégustant ce grand Riesling. Juste superbe et à un prix très doux…
Une vraie bonne surprise, une vraie découverte… Paul, une caisse de 6 !

2 – DOMAINE JOSMEYER, HENGST SAMAIN 2008, terroir Marno Calcaro Gréseux
exposition Sud-Est – 40.00 €
> Nez sur les fruits du verger bien mûrs (ramassé en surmaturité ?), légères notes d’hydrocarbure. Bouche ample dotée d’une belle structure, puissante et concentrée avec, comme au nez, cette impression de résiduel. Acidité en trame de fond qui apporte l’équilibre au vin. Droit et tendu en finale, ce Riesling mériterait quelques années de cave pour s’exprimer à sa juste valeur.
Bien, à revoir dans 10 ans !

kastelberg-kreydenweiss-2008

3 – MARC KREYDENWEISS, KASTELBERG 2008, terroir de Schistes de Steige
exposition Sud-Est – 45.00 €
> Nez un peu sur la réserve, notes d’hydrocarbure, notes d’épices, safran, cardamome. La bouche est construite sur une acidité magnifique, grosse tension, ça « trace la route de l’Alsace jusqu’en Moselle » comme j’ai entendu un de mes compagnons de dégustation le dire. Juste, c’est exactement la sensation que j’ai ressenti, droit, net, tendu, j’adore ! Minéralité exacerbée, aromatique discrète, beau volume  et une longue finale saline… Le vin que j’ai préféré ce soir, sans conteste.
Grosse quille à mettre en cave.

4 – DOMAINE DIRLE-CADE, KESSLER HEISSE WANNE 2008, terroir de Grés vosgien sablo-argileux
exposition Sud-Est – 19.50 €
> Nez empreint de notes minérales ++, notes florales, hydrocarbure,. Attaque vive, équilibre porté par la trame minérale et serrée, milieu de bouche très puissant, gros amers sur les agrumes, hydrocarbure marqué +++, acidité intense sur la finale, zeste de pamplemousse.
Un vin avec une vraie personnalité, dans mon trio de tête !

ostertag

Source photos: domaine Ostertag

5 – ANDRE OSTERTAG, MUENCHBERG 2008, terroir Greso Volcanique Caillouteux
exposition Sud – 26.00 €
Abrité des pluies et des vents d’Ouest par l’Ungersberg,  le Muenchberg épouse les courbes d’un croissant pour mieux accueillir et retenir le soleil bénéficie sur ses 17,70 ha d’un microclimat unique. Le sol et le sous-sol sont formés de sédiments vieux de 250 millions d’années (Permien) : terrains caillouteux, dépôts volcano-détritiques, parfois riches en tufs et cendres volcaniques.
> Nez sur la réserve, notes minérales de pierre chauffée, de fumée, notes mentholées. Vin très équilibré acidité/amertume/sucre qui renvoie une sensation d’harmonie; beaucoup de finesse, du volume, vin sur la dentelle, hydrocarbures très marqués en milieu de bouche et une finale très salivante sur les agrumes, citron jaune.
Un vin à oublier en cave, définitivement.

rangen-thann-humbrecht-2008

6 – ZIND-HUMBRECHT, RANGEN DE THANN CLOS SAINT URBAIN 2008, terroir de Roche volcanique
exposition Sud – 65.70 €
Le Rangen de Thann est situé à l’extrême sud de l’Alsace (altitude de 350m-450m) et profite d’un climat très tardif. Terroir volcanique sédimenté sous la mer, le sol est très riche en minéraux, très pauvre en éléments fertilisants et recouvert de fragments de roches sombre. Sachez que la pente est simplement vertigineuse (80 à 130%) et que ce Clos Saint Urbain ne s’étend que sur 5.5 hectares regroupés autour de la petite chapelle Saint-Urbain.
> Robe blé mur qui dénote au milieu de la dégustation… Nez expressif, notes d’hydrocarbure très prononcées, beaucoup de minéralité, notes pierreuses ambiance silex, notes de mandarine, notes mentholées. Bouche charnue, puissante, beaucoup de gras, notes d’orange, d’agrumes, de miel. Un vin massif, d’un bloc, à l’état brut à l’heure actuelle. Longue finale saline sur le pamplemousse et l’orange amère. Que dire… Nous avons assisté ce soir à un infanticide, tout est là mais rien n’est bien en place…
A attendre impérativement !

7 – LAURENT BARTH, SCHLOSSBERG GRANITE 2008, terroir Granitique
exposition Sud – 26.00 €
Petit domaine ou Laurent Barth travaille seul sur 4,5 hectares aujourd’hui… Si c’est pas du vin d’artisan ça messieurs dames ! cuvée confidentielle, ne serait ce que par le nombre de bouteilles produites tous les ans, et qui provient de parcelles granitiques du Schlossberg.
> Nez sur la réserve, notes florales, silex, un peu engoncé. La bouche est plus en relief  avec beaucoup de mache, trame minérale. Riesling équilibré, relativement tendu mais rien ne semble vraiment en place ce soir (pour moi en tout cas). On sent le potentiel de cette bouteille mais il faudra être patient et y revenir dans de longues années.

8 – ALBERT BOXLER, SOMMERBERG E 2008, terroir Granitique
exposition Sud – 35.00 €
Rendez-vous au petit village de Niedermorschwihr pour déguster le Grand Cru « E » ou Eckberg (du nom de la parcelle correspondant au haut du coteau).
> Nez empreint d’un grande fraîcheur, citriques, notes mentholées ++. Léger perlant à l’attaque, assez vive, milieu de bouche explosif !! C’est puissant (surpuissant), démonstratif et pourtant équilibré par une belle trame citronnée. Je ne sais toujours pas bien quoi penser de ce « monstre » qui dénote franchement au milieu des autres Riesling: on est dans le baroque, le grandiloquent. Pour être clair c’est « Border line » pour moi et j’oscille encore aujourd’hui entre le très bon, l’exceptionnel et le too much… … C’est peut être ca la définition d’un grand vin. Classé 1er par une majorité des dégustateurs présents ce soir.
PS: j’adore les étiquettes toujours très « In » de cette belle maison 🙂

Pour ceux et celles que cela intéresse, voila le commentaire du Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace sur le grand millésime 2008.

« Si 2008 semble difficile à classer, tous les professionnels sont extrêmement satisfaits de la qualité des vins élaborés. Fraîcheur, expression fruitée très marquée, état sanitaire plus que satisfaisant, toutes les conditions sont réunies pour qualifier 2008 de grand millésime !
Cependant au départ l’optimisme n’était pas de rigueur, car il faut reconnaître que les conditions climatiques et donc l’évolution des maturités ont été très particulières. En effet, le cycle de la vigne en 2008 a renoué avec celui des millésimes classiques, antérieurs à 2000. Les conditions perturbées et fraîches de l’hiver et d’avril ont provoqué un décalage important
entre les secteurs précoces et tardifs, conduisant à un débourrement dans les derniers jours d’avril, soit une dizaine de jours après la date habituelle. Le mois de mai, particulièrement chaud, a favorisé le développement de la végétation, gommant une partie de ce retard. La floraison est intervenue aux alentours du 15 juin, mais en s’étalant sur 15 jours du fait des
conditions humides et fraîches de ce mois. Cela a contribué à encore accentuer le décalage entre les zones précoces et tardives et à créer des foyers importants de mildiou.
L’été a été marqué par des périodes humides et chaudes avec son lot d’orages très localisés et parfois violents. Les températures n’ont cependant jamais été caniculaires, conditions idéales pour préserver à la fois les arômes et l’acidité.
Compte-tenu d’une certaine hétérogénéité, tant au niveau de la maturité que de celui de l’état sanitaire (il s’agissait de contenir la vigueur de la vigne en 2008), les professionnels ont rentré rapidement les raisins produits sur les terroirs les plus précoces.
La première quinzaine du mois de septembre fut assez humide avec des précipitations particulièrement importantes le 13 septembre. Heureusement, dès le lendemain s’est installé un temps frais, ensoleillé et venteux qui a permis de sécher les grappes et d’éviter ainsi un développement important de la pourriture. Les vendanges ont été très étalées dans le temps afin de bénéficier des conditions climatiques optimales (temps sec et ensoleillé).
Les Riesling ont eu des maturations très longues, mais on peut saluer la qualité exceptionnelle des vins produits dans les Grands Crus.
Les exceptionnelles conditions climatiques d’octobre ont permis l’élaboration de nombreux lots de Vendanges Tardives puis de Sélections de Grains Nobles. Nous sommes ainsi en présence d’un grand millésime de garde ! »

Tout savoir sur les Alsace Riesling Grand Cru 2008 dégustés durant cette soirée

Publicités