Chevalier Montrachet 1992 – AC Leflaive

Chevalier Montrachet 1992 – AC Leflaive

Magnum 1992 ouvert le 15 Aout… 1992 est un grand millésime; 10 ans est le minimum requis pour ouvrir ce genre de bouteilles, 20 ans semble l’âge de raison pour savourer ce grand blanc de Bourgogne.

Le Chevalier-Montrachet Grand Cru est produit sur une parcelle délimitée de la commune de Puligny-Montrachet (c’est au moyen-âge que le seigneur de Puligny transmit cette parcelle à son fils aîné le « Chevalier », tout le monde à suvi ?). Le vignoble d’une superficie de sept hectares est situé  sur un terroir pentu et très calcaire. La famille Leflaive est dans la région de Puligny depuis 1717. C’est en 1994 que Anne-Claude Leflaive, figure emblématique de la Bourgogne, a repris les reines du domaine familial de 23 hectares. Le domaine est entré en culture biodynamique depuis les années 1980, cqfd.

Fermentations longues et naturelles en fûts de chêne, bâtonnage jusqu’en hiver, suivis de deux années d’élevage en cave avant la mise en bouteille… Autour de 8000 bouteilles seulement sont produites chaque année que Dieu fait. Autant dire qu’avoir la chance de gouter ce nectar qui est réputé être une des meilleures bouteilles de l’appellation (sinon la meilleure) n’est pas donné à tout le monde. Outre le prix qui doit avoisiner sur ce millésime entre 600 et 700€ (combien vaut un magnum ???), ces bouteilles sont quasi introuvables, tout simplement.

> Robe évoluée et soutenue sur une couleur blé mur. Nez très complexe mêlant notes miellées, fruits du verger, pèche, poire et abricot ++, notes discrètes d’ananas, notes minérales, effluves de fleurs blanches… Matière délicate et ciselée en bouche, gras intense, le vin roule en bouche et caresse les papilles: classe, délicatesse, texture, profondeur, voila les mots qui me sont venus à l’esprit en dégustant ce vin.
Vin d’une insolente jeunesse qui patientera encore dans votre cave tranquillement si vous la possédez en Magnum.
A boire pour comprendre ce qu’est un grand Bourgogne blanc….

Accord met vin: Ris de veau of course, Turbot.

Publicités