Verticale Daumas Gassac

Verticale Daumas Gassac: 2005 – 2006 -2007
Vin de Pays de L’Hérault rouge

Si il y a bien un vin qui est sujet à polémique, c’est le vin du Mas Daumas Gassac: on aime ou pas, certains trouvent les bouteilles hors de prix et d’autres encensent Aimé Guibert et ces vins du Pays de l’Hérault. Guère de juste milieu sur ces vins. Il m’est déjà arrivé de gouter ces vins, et notamment un blanc 2003 qui m’avait enchanté, mais jamais en rouge sur 3 millésimes consécutifs…. Un bon cas d’école en somme.
Le Mas Daumas Gassac est situé sur la fameuse commune d’Aniane, lieu d’une guerre intestine il y a quelques années entre Aimé Guibert et le géant Mondavi.
Sortie de l’anonymat sur le millésime 1984 grâce à un commentaire élogieux du guide Gault et Millau qui qualifiait ce vin de « château Lafite du languedoc », le Mas Daumas Gassac est depuis une des stars emblématiques du Languedoc, à tort ou à raison, c’est à vous de voir…
Le vin est un assemblage de cépages avec une base de 80% de Cabernet Sauvignon et de 10 autres cépages divers et variés; il est vinifié à la médocaine et élevé 12 à 15 mois en fûts de chêne.

daumas-gassac

Mas Daumas Gassac 2005 – 40€
Nez compact sur des notes de fruits noirs et d’épices douces, notes de sous bois et animales, nez un poil fermé, vraiment du mal à s’exprimer.
Bouche opulente et un peu plus charmeuse sur les fruits noirs, toute en finesse, mariage réussi de la puissance et de la fraicheur, finale tannique. Encore sur la réserve, un vin qui mérite quelques années en cave – gros potentiel, difficile de diagnostiquer à l’aveugle un vin de Pays de l’Hérault.

Mas Daumas Gassac 2006 – 35€
Fruits rouges et cassis, notes de réglisse douce, un nez très médocain pour tout dire. Vin très massif, puissant et encore une fois une superbe qualité de tanins, fermes, notes de fruits noirs, de cassis souligné par une acidité vive. Un vin juteux doté d’une belle tension que j’ai pour ma part trouvé plus punchy que le 2005.

Mas Daumas Gassac 2007 – 36€
Nez torréfié avec des notes pregnantes de caramel, d’expresso, un élevage pas encore bien digéré qui l’emporte à l’heure actuelle sur le reste, notes de petits fruits noirs et d’épices douces, cannelle, vanille… Bref, tout ça va un peu dans le même sens. En bouche, c’est puissant avec des tanins biens affirmés mais d’une grande finesse, notes empyreumatiques, finale ample; certainement une grande bouteille d’ici quelques années, à attendre sans conteste.

A boire maintenant, le 2006 très à son aise avec cette acidité qui tend le vin. 2007, encore dans ses couches, me parait au dessus de l’emblématique 2005 très compact mais ce n’est qu’un avis. Affaire à suivre.


Publicités