Quelques bouteilles de Noel

Quelques bouteilles pour le repas de Noel

P1160304

Noel, c’est l’arrivée du petit jésus mais c’est aussi l’occasion de ripailler et d’ouvrir quelques bonnes bouteilles… Bu cette année, entre autres:

Domaine de la Butte, Montlouis 2003 sur les bouchées de foie gras avec un accord particulièrement réussi  sur la bouchée de foie gras et crumble de pain d’épices; Abricot confit et miel sont contrebalancés par une belle acidité, belle allonge, un vin que je craignais marqué par le millésime mais qui a fait très belle figure face au foie gras d’oie.
Maydie 2009, vin de liqueur du Sud Ouest issu à 100% du cépage Tannat est vinifié par la famille Laplace; il mérite lui aussi le détour. Robe rouge profonde, notes de fruits noirs, de mûre, de cerise burlat +++, de cassis, notes de fruits secs, d’amande toastée. Bouche délicate, ronde et puissante (de tanins)… aussi à l’aise sur le foie gras que sur les chocolats..; Définitivement tout terrain et hors des sentiers battus… Une vraie friandise.
Muscadet Sèvre et Maine Classique 2010 du domaine de l’Ecu sur des huitres, rien de tel pour se mettre les papilles en éveil, c’est l’accord parfait de de toute façon. Robe jaune paille, cristalline. Nez mêlant notes salines et minérales sur fond d’agrumes. La bouche est opulente (plus qu’à l’habitude, l’effet millésime…) et pourvue d’une belle trame acide ; citron vert et douceur marine procure à cette cuvée un bel équilibre et une grande fraicheur, superbes amers qui étire la finale… Parfait sur des huitres de pleine mer de Bretagne Nord !
Pouilly Vinzelles 2009 cuvée Les Longeays de la Soufrandière (Bret Brothers) sur un plateau de langoustines fraiches; domaine que j’affectionne particulièrement, lui aussi en biodynamie, et un vin de grande classe: notes de fruits secs, minéralité, grande prestance, de l’allonge et de l’amplitude en bouche, un élevage particulièrement bien maitrisé, une de leur plus belle cuvée avec les Quarts, sans conteste.
Montcalmès 2005 (vu ici) et Les cailloux 2005 de Brunel (vu ici et ici), rien à redire à part que c’est excellemment bon, une petite préférence peut être sur le Chateauneuf du Pape plus puissant et plus en accord avec les cailles farcies.

P1160395

Les Ormes Sorbet 2003 et un Moulin à Vent domaine du Tremblay 2007 sur des ris de veau et légumes oubliés. Un Médoc à parfaite maturité sur un registre mêlant cassis et notes tertiaires, notes de vieux cuir, herbes aromatiques, notes mentholées. Bouche puissante, tanins veloutés, grosse finale sur le zan, un vin qui procure un réel plaisir et qui pourrait en mettre plein la vue à pas mal de grands noms du Médoc. A l’opposé, le Moulin à vent exale les fruits rouges, fraise et framboise et une belle minéralité, notes poivrées et réglisse à l’aération. Le contraste entre les deux bouteilles est des plus instructifs… La bouche est souple, sur le fruit, tout en finesse, un peu sur la réserve à l’heure actuelle. M’est d’avis qu’il faudrait attendre quelques années supplémentaires pour boire ce breuvage.

arbois_2002_tissot

Arbois Chardonnay 2002 de la maison Tissot: Robe jaune blé mûr, limpide, nez opulent sur les fruits du verger, sur la mirabelle +++; bouche puissante, enveloppante, superbe toucher de bouche, amers marqués sur le pamplemousse, c’est rond et minéral, c’est bon, insolent de fraicheur malgré son âge, finale sur l’amande, c’est simplement parfait sur un Mont d’Or,… Peut être pas aussi bien qu’un Savagnin mais je peux vous assurer que ce Chardonnay de 10 ans d’âge répondait parfaitement au fromage. Vin à maturité, à boire.

Après, il était temps d’aller se coucher 🙂



Publicités