The wall street journal: dipping into Muscadet

The Wall Street Journal : 30 Juillet 2011

Plongée dans le vignoble du Muscadet

Voici un article très intéressant paru dans le wall street journal la semaine dernière, par LETTIE TEAGUE, et faisant l’éloge du Muscadet et de quelques très bons domaines… Je vous laisse découvrir. Traduction libre  par votre serviteur.
Pour ceux qui lisent la langue de Shakespeare, l’article original est situé en bas du présent article.
En italique, mes commentaires.

wsj_logo

Qu’arrive t’il lorsqu’un vin est trop bon marché (entendez peu cher voire donné) ? Qu’arrive t’il lorsque ce vin est toujours associé aux vins d’entrée de gamme, ou associé, comme c’est le cas pour mon ami Richard, à un mauvais rendez-vous ?
« Le Muscadet est le vin que tu commandes quand un rendez-vous se passe mal » (et quand ca se passe bien, un chablis ? sans dec..) me disait Richard alors que je lui tendais un verre. Je lui assurais que ce vin valait la peine d’être dégusté, bien qu’il soit très peu cher, et qu’il n’avait rien de commun avec les souvenirs qu’il en avait. Je l’informais en outre que l’appellation Muscadet  était sur le point de « percer »: des sommeliers pensent (à juste titre) que le Muscadet est la prochaine découverte, le prochain gros succès « vinesque ».
En fait, un seul sommelier m’a fait cette prédiction: le responsable des vins du restaurant GILT de New York, Mr Cappiello, qui présente 5 Muscadet sur sa carte (soit quatre Muscadet de plus que la plupart de ses collègues restaurateurs). Il m’a soutenu que le Muscadet pourrait être le prochain Gruner Vetliner. Sur les 10 dernières années, Le Gruner a été largement popularisé auprès de la population américaine par des sommeliers passionnés. (au passage, si vous voulez découvrir ce cépage autrichien, suivez ce lien qui est une dégustation de Gruner passée l’année dernière.) En fait, il était tellement passioné par les vins du Muscadet qu’il m’a persuadé de revoir ma position quant à ce vin.

muscadet_granite-2009

Il y a de nombreux obstacles qui pourrait empêcher le Muscadet de de devenir la prochaine grande découverte, en commencant par son nom. Muscadet sonne comme Muscat ou Moscato et beaucoup de gens pensent encore que le Muscadet est un vin de « dessert ».
« Le Muscadet n’est il pas un vin doux ? » me demandait mon amie Christina alors que nous installions dans un bar à huitres de Grand Central et que je commandais un verre de Muscadet. A $8, il faisait partie des trois vins les moins chers proposés au bar, partageant cette bonne dernière place avec un Merlot du Chili et un Moscato.
Encore plus troublant est le fait que le Muscadet est issu d’un cépage provenant à l’origine de Bourgogne (Melon de bourgogne) et qui s’est acclimaté dans la région de l’ouest de la Loire et qui s’est fait connaitre pour sa résistance au froid et ses rendements productivistes (pour ne pas dire stakhanovistes); Le Muscadet est définitivement connu, et depuis longtemps, pour être un vin dépourvu de grâce et de mauvaise qualité. (sic!)
Les problèmes se sont en outre accumulés les dernières années sur les épaules des producteurs. Plus de 60% de la production a été détruite en 2008 par le gel et 60 producteurs ont fait faillite en 2010 d’après Charles Sydney (courtier en vins de la vallée de la Loire) qui affirme, en outre, que le nombre devrait être revu à la hausse. « J’estime que plus de 100 producteurs ont déja quitté le métier et que d’autres devraient suivre le même chemin après la prochaine récolte » a déclaré Charles Sydney.
Dans le même temps, l’appellation Muscadet est devenue plus petite (en superficie): l’institut national des appellations d’origine (INAO) a autorisé l’arrachage de plus de 2000 hectares de vigne en 2009 après avoir constaté que l’appellation s’était trop étendue depuis les années 1970 (années florissantes pour le commerce du Muscadet).
Le prix reste cependant le plus épineux problème. A l’opposé des vins de Bourgogne, de Bordeaux ou du Rhône, le prix d’une bouteille de Muscadet n’a que très légèrement augmenté et ce, malgré des millésimes superbes tels que 2005, 2007 ou 2009… Les bouteilles restent définitivement des les rayonnages des magasins. D’après Victor Schwartz de la société « Vos Selections », importateur de vins basé à New York, une bouteille de Muscadet ne coute que quelques dollars de plus qu’il y a une dizaine d’années alors que durant la même période, le prix d’une bouteille de base d’un vin de Bourgogne a augmenté de plus de 40 dollars.
Pierre-Jean Sauvion (Château du Cléray-Sauvion), un des plus gros propriétaires du vignoble du Muscadet, nous a dit qu’il restait optimiste. Il rappelle que le Muscadet à un taux d’alcool assez faible (entre 11 et 12°) et cite une émission de télévision culinaire qui présente le vin comme un allié essentiel de la bonne cuisine. Je concède que le Muscadet est le partenaire idéal des fruits de mer mais je n’ai pas eu le courage de lui avouer que beaucoup de personnes que je connais utilisent ce vin comme vin de cuisine (entendez comme vin de base pour faire des sauces ou mouiller des sauces).

muscadet_granit

Mr. Sauvion me rappela aussi que la récente tentative de créer des crus communaux était réellement bénefique pour l’image du Muscadet (les 3 premiers crus communaux existent aujourd’hui: Gorges, Clisson, Le Pallet). Cette nouvelle hiérachie reconnait la capacité de certains terroirs à produire des vins de qualité supérieure grâce notamment à de nouveaux standards de qualité et de production. Mais quel impact cette nouvelle hiérarchie peut elle avoir sur le Muscadet quand ces crus ne seront vendus que quelques dollars de plus que le Muscadet de « base » ? C’est un peu comme si la Romanée-Conti vendait une cuvée de bourgogne un peu plus chère qu’une cuvée de bourgogne ordinaire… La moyenne des prix des Muscadet que je me suis procuré pour la dégustation avoisinait les $15 alors que la cuvée la plus chère, Pueri Solis 2005 du Domaine Luneau-Papin ne coutait que $5 de plus.
Quand j’ai commencé ma dégustation, je dois admettre que je ne pensais pas beaucoup aux vignes arrachés dans le vignoble du Muscadet, aux producteurs dans la peine ou à l’augmentation ridicule des prix. Comme beaucoup, je cherchais juste un bon rapport qualité/prix. Le sujet même du prix de vente dominait les débats lorsque la dégustation de ces Muscadet a débuté avec mes amis. « Je peux me procurer un bon Muscadet pour moins cher que ça » me dit mon amie Aimee. Nous avons tous aimé le Clos de s Briords du Domaine de la Pépière ($14), Le L d’Or du domaine Luneau-Papin impressionnant, riche, généreux ($20)avec des coquilles Saint-Jacques. Tout le monde à apprécié et acquiesé sur la qualité des vins mais personne ne semblait vouloir payer plus de $20 pour un Muscadet. Quelqu’un a même clamé « c’est juste un Muscadet », comme si c’était le problème…
Quelques professionnels du vin avec qui j’ai discuté étaient dubitatifs à propos du renouveau qualitatif du Muscadet. Christophe Miller, responsable des vins chez Spago (Beverly Hills) m’a dit que la seule bouteille qu’il avait vendu (à $32, une de ses bouteilles meilleur marché) l’avait été à un de ses amis. Mais que pensez de vins comme le L d’Or de Luneau-Papin ou le splendide Muscadet 2009 du Domaine Bonnet-Huteau Les Dabinières qui pourraient « mettre la pige » à pas mal de Chablis ?
M. Miller est resté indifférent à ma remarque. «Donc, vous portez le Muscadet aux nues et vous me dites que cela pourrait être aussi bon que un petit Chablis ? » répondit-il (Il vend actuellement six bouteilles de riesling par jour). « Quand je pourrai faire la même chose avec le Muscadet, fais moi confiance pour crier la qualité de ces vins sur les toits ».

Je parie (ou du moins j’espère) que Mr Miller goutera ses Muscadet (L d’Or, Dabinières, Pueri Solis etc.) et qu’il changera d’avis pour devenir un nouveau prescripteur du Muscadet. Voila une bonne pub que les producteurs du Muscadet pourrait utiliser…

5 Muscadet à tester:

muscadet_granite9

+ 2009 Domaine de L’Ecu Expression de Granite Muscadet, $18
La compléxité est un mot rarement évoqué dans le vignoble du Muscadet mais il serait loin d’être utilisé mal à propos pour ce vin. Expression de Granite est un vin puissant avec une acidité vivifiante, tonique, une palette de saveurs et une minéralité exarcebée (qui est une dominante sur ce domaine). En effet, le « Granite » (un type de Muscadet élaboré spécifiquement sur ce terroir) fait plus qu’honneur à son nom.

+ 2010 Domaine la Haute Févrie Muscadet, $14
Les vignes du Domaine la Haute Févrie sont inhabituelles pour 2 raisons:  les vendanges sont manuelles, ce qui est à noter dans le vignoble du Muscadet (pareil chez nous) et l’âge moyen des vignes est assez élevé autour de 35 ans (pareil…). Claude Branger comme un des meilleurs vignerons de la région et son Muscadet croquant, frais, doté d’une acidité rafraichissante est un excellent achat.

+ 2009 Luneau-Papin Muscadet Le L d’Or, $20
Voici encore un Muscadet particulierement impressionnant d’une autre producteur sur un très grand millésime. Vin généreux, opulent, bouche presque ronde avec des arômes envoûtants d’agrumes de fleurs blanches; il est accessible dés aujourd’hui mais sera à son apogée dans quelques années. (Un fait peu connu sur Muscadet: Ils sont capable de vieillir)

+ 2010 Domaine de la Pépière Clos des Briords Muscadet, $17
Un autre Muscadet très intéressant dans cette liste est le vin du Domaine de la Pepiere – Clos des Briords. Cette cuvée issue de vieilles vignes est élaborée par le vigneron Star Marc Olivier: brillant, droit,sec sur des notes de citron avec une acidité et un équilibre parfait. Idéal pour l’apéritif ou les coquillages.

+ 2009 Domaine de la Louvetrie Le Fief du Breil Muscadet, $18
Le vigneron moustachu du Muscadet, j’ai nommé Jo Landron; considéré comme l’un des principaux producteurs de la région, il élabore des vins de caractère uniques dans le vignoble. Marqué par des notes d’agrumes et des notes minérales, voici encore un vin qui vieillira probablement bien mais il est difficile de ne pas le boire dés maintenant.  »

——————————————————————————

US version: The Wall Street Journal
By LETTIE TEAGUE
What happens when a wine is too cheap? When it’s forever associated with the bottom of a wine list—or, in the case of my friend Richard, with a very bad date?
« Muscadet is the wine that you order if you don’t like your date, » Richard said, just before I poured him a glass. I assured him that the wine he was about to taste—though inexpensive—had nothing in common with his subpar dinner dates of the past. In fact, I informed him, Muscadet may be on the brink of a breakthrough: « There are sommeliers who think Muscadet is the Next Big Thing. »
Actually, only one sommelier made this prediction to me: Patrick Cappiello, the wine director of Gilt Restaurant in New York. Mr. Cappiello features five Muscadets—about four more than most restaurants—on his list, and he argues that Muscadet could be « the next Grüner Veltliner. » (Grüner, once little-known to Americans, has been widely popularized by devoted sommeliers over the past decade or so.) In fact, he was so convincing and so passionate on the subject of Muscadet I decided to revisit the wine myself.
There are several obstacles that may keep Muscadet from becoming the Next Big Thing—beginning with its name.
Muscadet sounds so much like Muscat or Moscato that many people think it’s a dessert wine. « Isn’t Muscadet sweet? » my friend Christina asked when we sat down at the Oyster Bar in Grand Central and I ordered a glass. At $8, it was one of the three cheapest selections, sharing a price tag with a Chilean Merlot and yes, a Moscato. Even more confusing is the fact that Muscadet is made from an old Burgundy grape—Melon de Bourgogne—that was expelled from Burgundy hundreds of years ago and somehow ended up in the western Loire, where it’s
chiefly lauded for unglamorous qualities like high productivity and resistance to frost. And Muscadet producers have endured a Job-like array of problems in recent years. More than 60% of the Muscadet crop was destroyed by frost in the 2008, and some 60 Muscadet growers went bankrupt in 2010, according to Loire Valley wine broker Charles Sydney, who said the number since then has been even higher. « I’d estimate that more than 100 producers have left—and more will after the next harvest, » he said.
At the same time, the Muscadet appellation has gotten smaller: The Institut National des Appellations d’Origine, or INAO, authorized uprooting more than 5,000 acres of Muscadet vineyards in 2009, after determining that the appellation was too large (there was an expansion in the 1970s—the last time Muscadet was a popular wine). But price may still be Muscadet’s thorniest problem. Unlike the wines of Burgundy, Bordeaux or even the Rhône, the cost of a bottle of Muscadet has increased very little, despite several terrific vintages (2005, 2007, 2009) whose wines are still on store shelves. According to New York-based wine importer Victor Schwartz of VOS

Selections, a bottle of Muscadet costs only a few dollars more today than it did 10 years ago. In the same period, the price of a bottle of basic red Bourgogne has gone up more than $40, he said. Pierre-Jean Sauvion, scion of Château du Cléray-Sauvion and one of Muscadet’s biggest private producers, said that he remains optimistic. He mentioned Muscadet’s low alcohol content—between 11% and 12%—as a selling point, and cited television cooking shows as a beneficial tool: « Muscadet is such a good food wine, » he said. While
I agreed that Muscadet is a great partner to seafood, I didn’t have the heart to tell him most people I know use it as a cooking wine.
Mr. Sauvion also noted the recent attempt to create a system of Muscadet classification called « cru communal » as a positive development. This new system recognizes certain sites as capable of producing superior wines and mandates more stringent quality standards, including limiting the size of yields. The INAO just approved three crus communaux, Clison, Gorges and Le Pallet, a few weeks ago.
But how much impact can these designations really have when the best Muscadet crus cost just a few dollars more than the « regular » wines? It would be like Domaine de la Romanée-Conti priced a few bucks above basic Bourgogne. The average price of the Muscadets I purchased for my tasting was around $15, while the most expensive bottle—the 2005 Luneau-Papin Pueri Solis Muscadet—cost just $5 more.
When I started my tasting, I have to admit I wasn’t thinking much about the lost Muscadet vineyards, the penurious growers or their stunted price growth. Like everyone else, I just wanted a good deal. And the subject of price seemed to dominate when I tasted a range of Muscadets with some friends. « I can get a good Muscadet for less than that, » said my friend Aimee of the lithe and lively 2010 Domaine de la Pépière Clos des Briords ($14), which we all enjoyed. Ditto an impressive 2009 Luneau-Papin Muscadet Le L d’Or ($20) that was rich and
generous and paired perfectly with scallops. It was admired all around, but no one seemed willing to pay $20 for
it. « It’s only Muscadet, » someone remarked, as if that settled the matter.
Some of the wine professionals I spoke with were also skeptical about the prospect of a Muscadet reversal of fortune. Christopher Miller, wine director of Spago Beverly Hills, said the only bottle of Muscadet he’d sold lately ($32, one of his very cheapest selections) had been to a friend. But what of wines like the Luneau-Papin Le L d’Or or the splendid 2009 Bonnet-Huteau Les Dabinières, which could have well been mistaken for Chablis?
Mr. Miller remained unmoved. « So you get Muscadet at its very pinnacle and it’s maybe almost as good as a petite Chablis? » he replied. He currently sells six bottles of Riesling a day. « When I can do the same with Muscadet, I’ll be shouting its praises from the rooftop, » he said.
I’m betting (or maybe just hoping) that after Mr. Miller tastes Muscadets like Luneau-Papin’s Le L d’Or or Pueri Solis, or the Bonnet-Huteau Les Dabinières, he might just get up on that rooftop. It’s the sort of publicity that Muscadet producers could use.

Oenofile: Five Muscadets to Try

2010 Domaine la Haute Févrie Muscadet, $14
The vineyards at Domaine la Haute Févrie are unusual in two respects: They’re hand-harvested (uncommon in Muscadet) and the average vine age is fairly old—around 35 years. Vigneron Claude Branger is considered a top producer and this crisp, Muscadet, Cheap but Charming
almost zingy white with truly mouthwatering acidity is an excellent buy.

2009 Domaine de L’Ecu Expression de Granite Muscadet, $18
Complexity is a word that is rarely invoked when describing Muscadet but it would not be misplaced with this wine; the Expression de Granite is a powerful wine with a bracing acidity and layers of flavors, though its dominant feature is minerality. Indeed, the « Granite » (a specific Muscadet soil type) more than lives up to its name.

2009 Luneau-Papin Muscadet Le L d’Or, $20
This is yet another impressive—even brilliant—Muscadet from
another top producer and another top (read: ripe) vintage. Lush
Muscadet, Cheap but Charming and generous, almost round with beguiling aromas of citrus and white flowers, it’s accessible now but may show even better in a few years. (A little-known fact about Muscadets: They’re wines that can age.)

2010 Domaine de la Pépière Clos des Briords Muscadet, $17
If there’s only one Muscadet offered on a wine list, it’s likely to be Domaine de la Pepiere’s Clos des Briords. This old-vine cuvée from star vigneron Marc Olivier is a bright, clean, dry and citrusy wine with particularly bracing acidity. It’s a great aperitif or companion to shellfish.

2009 Domaine de la Louvetrie Le Fief du Breil,$18
Mustachioed Muscadet vigneron Jo Landron is widely regarded as one of the leading producers of the region, turning out consistently characterful wines such as this single-vineyard offering. Marked by notes of citrus and mineral, it’s another wine that will likely age well—but is hard not to drink now.


Publicités