De l'utilité d'un site internet pour valoriser son image et vendre du vin

De l’utilité d’un site internet pour valoriser son image et vendre du vin

Petit article à l’attention de nos amis vigneron(ne)s.
En naviguant sur le net, j’oscille entre moments de grand bonheur et moments de profond désespoir. A la recherche d’informations sur un vigneron ou à la quête d’une bouteille de vin à déguster, je suis confronté, comme beaucoup d’internautes, à de belles réussites et à de lamentables échecs. Je ne parlerai pas des vignerons qui ne daignent pas faire un site internet car cela ne sert à rien… Bah oui, pourquoi investir dans un site internet, hein ?
Jusqu’à preuve du contraire, de grands noms tels Rayas ont un site internet et il est pourtant très difficile d’obtenir une allocation (si d’ailleurs quelqu’un peut faire quelque chose pour moi, je suis preneur…)

domaine_roches_neuves
Domaine des Roches neuves: superbe réalisation sur fond d’opéra, j’adore…

Alors,
Problématique de cout ? fainéantise ? surcharge de travail à la vigne ? production déjà vendue intégralement ? information défaillante quant à l’importance de communiquer sur le web ?

Postulat de base: Le site internet est VOTRE carte de visite.

+ Problématique de cout:
MoneyEt oui, un site internet à un cout sauf si vous le faites faire par le petit cousin ou par le voisin qui connait un copain qui touche en informatique et qui, contre une caisse de vin du domaine, vous bonifiera d’un superbe site internet aux couleurs criardes et à la mise en page pitoyable sous Publisher… si si, ca existe, je l’ai déjà vu… Soyons sérieux ! Si on pouvait se permettre de négliger la communication web il y a 10 ans, c’est aujourd’hui un pur non sens. L’image que vous véhiculez sur le web reflète votre travail, votre personnalité, vos envies…
Vous n’avez pas de trésorerie ? faites le financer sur 3 ans par votre ami le banquier; un site Internet qui tient la route (créa graphique pertinente, fiche produits PDF ainsi qu’une dizaine de pages de contenu avec un éditeur CMS vous coutera de 7 à 10.000 euros HT  hors référencement)… Ce n’est certes pas donné (surtout dans la conjoncture actuelle de filière viticole) mais ce n’est quand même pas la mer à boire pour véhiculer une image positive du domaine, de vos produits et surtout, et en premier lieu, satisfaire le consommateur (ou futur consommateur) dans sa quête d’informations à votre propos. 250€ par mois pendant 3 ans pour faire votre communication (à outrance) et votre publicité, cela me semble une somme raisonnable comparé aux prix d’un encard ou d’un quart de page dans un magazine comme la RVF par exemple.
Si vous avez un peu plus de budget, optez dés le départ pour le développement de votre site en plusieurs langues: Anglais, Espagnol,portugais, chinois ou Japonais en fonction de votre marché export. Encore une fois, vous aurez une visibilité maximale sur le web pour un surcout minime.

+ Fainéantise, peur du mulot ?:
« Ah l’internet mon bon Môssieur, c’est compliqué et les ordinateurs, j’y comprend rien! »
LoL, Mdr, Dsl, hein ?
Il faut vivre avec son temps: l’acheteur de Hong Kong, de Singapour ou de Melbourne se moque royalement de savoir que vous n’êtes pas féru de nouvelles technologies. Quand il tapotte une URl sur son ordinateur, il souhaite voir s’afficher votre site internet avec les infos qui vont bien et non pas une page 404 « the page can not be found » ou une page « ce nom de domaine est réservé » qui veut dire grossomodo dire que vous n’avez pas de site internet; sans parler encore une fois de mettre en place une usine à gaz à 30.000 euros, le site Internet peut être fait à moindres couts, par un tiers et ne demande que peu de »travail » une fois finalisé… A contrario, la mise en place d’un blog demande un temps certain pour le nourrir d’articles (intéressants si possible). Ne vous lancez pas dans un Blog si vous n’avez ni le temps ni l’envie de vous en occupez: rien n’est plus pitoyable que de tomber sur un article en première page datant de 6 mois… Visitez les sites de célèbres blogueurs vignerons comme Hervé Bizeul ou Jean Luc Thunevin pour comprendre de quoi il s’agit. Le blog du clos des Fées, c’est 10.000 visiteurs par mois, 10.000 clients potentiels pour 0€ par mois. CQFD

blog_jean_luc_thunevin

Je ne vais pas faire une liste de sites « has been » ou à coté de la plaque (car ce serait trop long, purement méchant et sans intérêt autre que de recevoir une volée de bois vert). Je vous invite plutôt à consulter ces quelques sites internet de vignerons, qui sont dans l’air du temps et plutôt très bien faits, dans des styles différents mais toujours avec une idée commune:

Présenter de l’info, un vignoble, des vins, des terroirs, une personnalité, un vigneron.

++ Clos des fées
++ Domaine Brumont
++ Domaine Canet valette
++ Domaine du Roc des Anges
++ Le Clos du Caillou
++ Domaine Yves Cuilleron

Juste un exemple parfait de ce qu’il faut faire: visitez le site du domaine Tempier à Bandol, simple, efficace, beau, graphique, complet, navigation aisée et clarté de l’information !

bandol_tempier

domaine_tempierPrésentation et mise en valeur du produit, textes pertinents, fiche PDF

charretteBon, maintenant que vous êtes convaincu de l’utilité d’un site Internet pour votre domaine viticole, il va falloir aussi, et c’est une obligation, répondre à vos mails tous les jours. Internet, c’est la diffusion de l’information, le contact aisé et des réponses RAPIDES. Ne mettez pas 8 jours à répondre à un mail vous demandant une simple tarification ou une demande de rendez-vous. Tirez vous une balle dans le pied, ca ira plus vite ou bien ne prenez ni Internet ni email et vivez comme au moyen âge :-).

Être réfractaire à l’internet en 2010, c’est repousser un moyen simple et facile de vendre vos vins et de valoriser vos produits… Mais c’est un choix que je respecte… Pourquoi se déplacer en véhicule à moteur alors qu’une simple charrette à bras fait l’affaire…

Tschüß
PS: Je ne suis pas une agence web et je ne vend ni ne met en place de sites web.

Publicités