Dégustation du millésime 2005: Horizontale de 7 grands Châteauneuf du pape rouges au banc d'essai

Dégustation du millésime 2005:
Horizontale de 7 grands Châteauneuf du pape rouges au banc d’essai

Pour tout savoir sur l’histoire de l’appellation, des cépages et autres particularités du châteauneuf du pape, cliquez ici
Au menu ce soir, une dégustation à l’aveugle de certains des plus grands Châteauneuf du Pape sur le millésime d’anthologie qu’est 2005: château Rayas , Domaine de Beaucastel, Domaine du Vieux télégraphe, Domaine de la Janasse cuvée Chaupin, Domaine de la Barroche cuvée pure, Domaine du clos du mont Olivet cuvée du Papet , Domaine Brunel les cailloux. Ah, ca envoie du lourd sur le papier, et ca donne quoi dans le verre ?

chateauneuf_du_pape_2005

+ Vin N°1:
Robe peu concentrée, nez très marqué sur la réglisse au 1er nez, beaucoup d’alcool, volatile importante, notes de cerise et de cuir, vin peu expressif. Tanins assez souples, notes de cerise principalement, corps en demi teinte (pour ne pas dire plat), grosse sensation d’alcool, légèrement asséchant, à revoir plus tard et c’est le Domaine du vieux Télégraphe 2005 – 53€

+ Vin N°2:
etiquette_beaucastelRobe limpide et brillante qui contraste franchement avec le premier Châteauneuf servi. Nez friand et expressif, confiture de fruits noirs, notes florales (violette), réglisse, nez très concentré. Attaque très souple, notes de fruits noirs très mûrs, mûre, cerise (+++), orange sanguine, tanins très fins, belle trame acide, vin qui présente un grand volume et une grosse matière, c’est dense et démonstratif sans tomber dans l’excès. Légère amertume et longue finale sur les épices, drôlement bon !
J’adore et c’est Le Domaine de Beaucastel 2005. 56€

+ Vin N°3:
Robe légèrement évoluée, nez marqué par la cerise à l’eau de vie kirchée et le noyau d’amande, beaucoup de volatile. notes animales. Attaque dense, on sent la matière mais surtout l’alcool en bouche; grosse sensation de chaleur qui perdure sur la finale très courte, notes de céleri et de vinaigre à l’aération…. ouillleeee… et c’est la cuvée Pure du Domaine de la Barroche. cette bouteille a sans aucun doute un défaut car, connaissant le travail de Julien c’est tout bonnement impossible autrement. Cette bouteille, je l’ai dégusté il y a eu et c’était vraiment exceptionnel (ici). Non noté – problème de bouteille à l’unanimité. Pour info, Rober Parker a noté cette bouteille 100/100, excusez du peu… 40€

+ Vin N°4:
1er nez sur des notes animales, fourrure (+++), cuir, viandé, cerise griotte et vanille. Bouche extrêmement chaude et marquée par l’alcool mais les tannins sont soyeux et la bouche relativement élégante; c’est une sensation nette de déséquilibre qui prédomine, ca manque de complexité, phase de fermeture ? Vin fermé et peu à son aise ce soir là et c’est la cuvée du Papet du Domaine du Clos du Mont Olivet. 36€

+ Vin N°5:
etiquette_rayasIntensité colorante très faible, c’est un Châteauneuf ca ? Comparée aux précédents vins, la robe est franchement claire. Dés le premier instant, on sent la classe, l’élégance, la subtilité. Notes complexes tertiaires, de truffe, notes fumées, laurier,  garrigue, fruits rouges (framboise +++); des notes dans l’ensemble sommes toutes classiques sur un Châteauneuf mais là, allez savoir pourquoi, c’est aérien et follement enivrant ! Attaque en bouche  nette, superbe, la matière est dense mais reste aérienne, féminine, subtile, fine et raffinée comme une dentelle…
Pureté, voila le mot qui résume tout, longueur interminable. La bouche et le nez évoluent sans arrêt pendant plus de 15 minutes (après j’avais tout bu 🙂 ): notes de pétales de rose, de bois précieux, d’épices à l’aération. C’est tellement GRAND qu’il n’y a de place pour aucun doute… Tout le monde se regarde, Rayas ? C’est Rayas, hein ? et bah oui c’est Rayas 2005, un bon gros bébé encore dans ses limbes. Rémi, fais péter une caisse de  12 ! Hors classe. Voila, c’était mon premier Rayas et dans le top 3 de ce que j’ai pu déguster jusqu’à maintenant devant un Latricières-Chambertin de Lalou Bize-Leroy et un Corton charlemagne du domaine Bonneau du Martray. Grande et rare émotion… 101€

terroir-rayasterroir Rayas – crédits photos Rayas

+ Vin N°6:
Robre très sombre grenat foncé; nez très concentré, fruits noirs confiturés, réglisse, laurier, thym. Bouche concentrée, opulente, beau volume et grande fraicheur, c’est gourmand, sur le fruit, tanins fins et soyeux. C’est friand avec de belles notes de cerise juteuse, de mûre, de myrtille, très « vinif moderne », doté d’une très bonne longueur et ca se boit vraiment trop vite. J’aime ! un style vraiment différent du Rayas qui l’a précédé mais cette bouteille trônerait fièrement dans ma cave. C’est la cuvée Chaupin du Domaine de la Janasse… Cool, elle trône déjà dans ma cave. Superbe.

+ Vin N°7:
1er nez légèrement réduit. Notes tertiaires, de fourrure, de jus de viande, de fruits noirs à l’aération. Attaque en bouche virile, puissante, musclée; le vin est dense et fait montre d’un grand équilibre, incroyable fraicheur, fruits noirs prédominants, pointe d’épices sur une longue finale, juste superbe +. Bravo à monsieur Brunel pour sa cuvée Les cailloux 2005 qui a bluffé tout le monde. rapport qualité/prix/plaisir indécent dans cette appellation. 20€
A encaver en urgence !

Résultats des courses:
1- Rayas, un 100% Grenache
2- Les Cailloux du domaine Brunel
3- ex-aequo: La janasse cuvée Chaupin et Beaucastel

Petit buffet campagnard pour faire passe ces émotions et 3 pirates arrivent sur la table:

Le 8ème Châteauneuf du pape 2005 provient du Domaine Usseglio et fils. Nez très typé Châteauneuf, sur les fruits rouges et noirs, très épicé (++++). Bouche très puissante, presque « brute », grosse matière, assez simple mais friand, fruits noirs… Un vin d’homme.

Suit un Châteauneuf du pape du Domaine de la présidente, cuvée « La Nonciature » , sur des notes de fruits noirs et des notes marquées d’épices (++++). Vin très puissant mais avec une touche de grâce, de féminité.

Le dernier et pas des moindres: un Châteauneuf du pape du Clos des Papes 1995; nez puissant, animal (+++), notes nobles de havane (+++) et de vieux cuir (++). Bouche d’une douceur extrême, ample et élégante, tanins ultra soyeux, notes tertiaires, longue finale… Un Châteauneuf à maturité de grand classe, j’aime !

chateauneuf_usseglio_2005chateauneuf_domaine_presidente_2005chateauneuf_clos_papes_2005

Soirée on ne peut plus conviviale et remplie de belles émotions. Merci à Patrick et à son club œnologique de nous avoir reçu pour cette dégustation.

Tschüß

Publicités