Vins de Noel

De nombreuses bouteilles dégustées durant ces fêtes sans prise de notes ni prise de tête mais 2 se sont révélées superbes et méritent votre attention:

banyuls_grand-cru_1995-christian_reynal_abbe_rous

Banyuls Grand Cru 1995 – Cuvée Christian Reynal – Cave de l’Abbé Rous – 31€
site internet
Domaine découvert lors de notre visite au Grand Tasting 2009 à Paris en Décembre; j’avais commandé plusieurs bouteilles et elles sont arrivées pour les fêtes… celle ci faisait partie du lot. J’avais été enthousiasmé lors de la dégustation sur le salon et j’avais envie de servir autre chose que le sempiternel Sauternes pour accompagner un foie gras mi-cuit/pain d’épices et mangue fraiche…
La note de dégustation du salon est ici; que dire de plus à part: excellent, superbe, grand tout simplement. Accord met/vin tout simplement sublime, c’est le compagnon idéal du foie gras mi-cuit avec du pain d’épices. Arômes de café,  de chocolat noir, de noix, de noisette, de curry, de figue, de miel et de caramel avec un soupçon de toasté. En bouche on retrouve ce « meltingpot » de saveurs avec en plus des notes de cerise à l’eau de vie et de fruits secs  (abricot  +++ et figue ++).  Ma-gni-fique !
Pour l’accord avec la mangue, c’est par contre très moyen, je l’ai mangé à part… Une cuvée à vous procurer de toute urgence qui vous réconciliera, si besoin était, avec ce merveilleux vin qu’est le Banyuls.

banyuls_grand-cru_1995-christian_reynal_abbe_rous_8Banyuls Grand 1995 – Cuvée Christian Reynal

Vin de pays du Périgord 2002- Domaine Tirecul La Gravière – 17€ site internet
Domaine très connu et reconnu pour ses Monbazillac (à lire ici), le domaine produit également une cuvée de blanc sec remarquable. Le vin est élaboré sur des parcelles particulièrement calcaire et exposées plein Nord (1 à 2 ha) avec un encépagement typique de la région: 30% Muscadelle, 65% Sémillon et 5% Sauvignon; les vignes sont agées d’une quarantaine d’années (3200 pieds /ha), l’agriculture est raisonnée, les rendements compris entre 23 et  36 hl/ha, les vendanges manuelles, que du bon… Élevage de 10 à 14 mois en barriques de chêne français avec bâtonnage. Collage et légère filtration à la mise, pas de traitement de stabilisation par le froid. Cuvée confidentielle dans une appellation non moins confidentielle avec 3500 à 5000 bouteilles produites par an.Autant je n’avais pas été convaincu lors de ma visite au domaine par l’autre cuvé blanc « marguerite », autant cette cuvée VDP m’avait agréablement surpris.

vin_perigord_2002_tirecul_la_graviere_1

« La finesse et la suavité sont préservées. Le Sémillon de vieilles vignes apporte son charnu et son côté racé. Ce véritable vin blanc sec de garde, atypique dans cette région, bénéficie aussi des apports aromatiques de la Muscadelle, notre cépage fétiche. Une Cuvée dont on commence à parler… »

Robe d’un jaune soutenu, nez sur les fruits très mûrs/confits, notes sucrées, vanille, notes pâtissières sur l’amande, touches beurrées; c’est très agréable, fin sans être opulent. En bouche, attaque souple, beau gras, pointe d’acidité qui vient titiller les papilles, notes d’agrumes; j’ai noté aussi des notes de raisins secs (glace rhum/raisins ??), allez savoir, c’est ce que m’a inspiré ce vin à ce moment là… impression fugace.. Je retiens surtout de ce vin sa droiture et son côté monolithique, une très belle longueur avec une touche d’amertume en finale, un vin de plaisir et de gastronomie.
Accord met/vin: cassolette de fruits de mer.
A l’aveugle, je pense que je serai parti sur un Chenin type Savennières… on est pas à une connerie près. M’est d’avis que ce ferait une belle bouteille sur un plat d’anguilles  de Loire à la provençale… j’essaie sous peu  (enfin, dés que c’est la saison de l’anguille) et je vous tient au courant car il m’en reste 5 à boire 🙂
Bonnes fêtes à toutes et tous, bon réveillon et bonne année.

vin_perigord_2002_tirecul_la_graviere

Publicités