Tirecul la Gravière épisode 3

P1010492Verticale de Tirecul la Gravière (TLG) et madame ou comment sublimer 7 ha de vignes… avec des rendements proches de 10hl/ha

TLG 2000: notes bien évoluées au nez et en bouche avec des arômes tertiaires,  notes confites sur l’encaustique, coing très présent, la bouche est pour moi un poil chaude.

TLG 2003: similiaire à 2000 avec un coté beaucoup moins « mûr » en bouche, nez sur les fruits exotiques, un équilibre certain avec de grosses touches d’oranges confites et un soupçon de pêche en bouche…un régal !

TLG2004: très belle acidité, vin très droit en bouche, délicieux à boire maintenant, notes exotiques confites, j’ai adoré, supérieur à 2000 et 2003 , en fait, non, pas supérieur mais beaucoup moins « confit », plus « frais » et ça me plait bien 🙂

TLG 2005: Belle bouteille beaucoup plus expressive que les précédentes: notes torréfiées sur le café, vanille, notes exotiques et mandarine très présente. C’est la première de la série qui, pour moi, est au dessus du lot. le palais est littéralement tapissé et enveloppé par ce nectar. superbe bouteille  à attendre

Quand on goute une bouteille de TLG, on se demande vraiment ce que peut donner une Madame et quand on goute une Madame, on se rend compte que l’on passe dans une autre galaxie. TLG, c’est bon, Madame, c’est simplement l’extase… A noter que la cuvée Madame n’est issue que des premières tries.

Madame 2003: la première de la série, ca envoie du bois !! c’est TLG 2003 en plus opulent, plus concentré, plus dense, plus long, plus persistant en bouche, plus tout quoi…  Rondeur et chaleur dominent la bouche  avec une sensation imposante de sucre, l’effet millésime 2003 ?

Madame 2004: sur la même ligne que 2003 mais avec une acidité plus intense qui donne en plus un véritable squelette au vin, un niveau au dessus de 2003… je dirais plus élégant et équilibré si j’osais me risquer…

Madame 2005: La mandarine vous explose littéralement au nez avec de belles notes torréfiées, mangue et abricot prennent le relais; pour moi, c’est The bottle de la dégustation, un sucre résiduel énorme et pourtant une fraicheur hallucinante et aucune lourdeur, j’adore tout simplement !! NDLR: Bettane et Dessauve 2010: 19.5/20… excusez du peu…

Et pour finir la série, une bouteille plus évoluée, Madame 2001: couleur beaucoup plus ambrée, notes méllifères et confites, beuacoup d’épices au nez, attaque en bouche tout en douceur et c’est bien le mot… une petite douceur… une texture grasse et onctueuse à souhait, une pépite qui se déguste juste pour elle même à la fin d’un repas.

P1010495Voila de quoi réconcilier la France avec le Monbazillac, liquoreux trop souvent galvaudé dans les étals de supermarché pour mettre en valeur de piteux foie gras de canard  reconstitués en provenance des pays de l’EST…

Un liquoreux au niveau des plus grands tout simplement… Vraiment intéressant de faire cette verticale pour sentir la différence profonde et nette entre chaque millésime. Toujours est-il que 2 heures plus tard,  bien après avoir quitté Eric, j’avais toujours cette sensation omniprésente en bouche de mangue, d’ananas, de mandarine, de fruits confits, d’abricots, de miel… On en redemande et pis c’est tout !

Pour info, TLG à 26 euros et Madame à 76 euros les 50 cl au domaine.

Merci ERIC de ton accueil et à bientôt pour de nouvelles aventures…

Publicités